Plan canicule
   
Les pouvoirs publics ont réactivé depuis le
1er Juin 2006 le Plan National Canicule.

Ce plan comprend trois axes essentiels :
Responsabilité, Prévention et Solidarité.

Ainsi que quatre autres types de plans :
le plan Bleu,
pour les maisons de retraite ou d’handicapés.
le plan blanc,
qui prévoie un état d’urgence dans les hôpitaux.
le plan Rouge,
qui concerne la sécurité civile et les pompiers.
le plan Vermeil,
pour l’aide des personnes âgées et handicapées.

Des mesures complémentaires ont été mises en œuvre à l’échelle municipale, comme le recensement des personnes à risque, la liste de locaux rafraîchis ou le soutien des services d'urgence et des personnels soignants.
 
L'inscription sur le registre
   

Trois catégories de personnes peuvent figurer, à leur demande, sur le registre nominatif :
Les personnes âgées de 65 ans et plus et résidant à leur domicile.
Les personnes âgées de plus de 60 ans reconnues inaptes au travail et résidant à leur domicile.
Les personnes adultes handicapées
résidant à leur domicile.
La demande d’inscription se fait par attestation sur l’honneur et est réalisée soit par la personne concernée (ou son représentant légal) soit par un tiers. On désigne par tiers toute personne physique (parent, voisin, médecin traitant) ou morale (centre communal d’action sociale, service de soins à domicile).

Après avoir informé ses administrés de l’existence de ce registre, la mairie est tenue de collecter les demandes d’inscriptions.
Pour cela, la municipalité doit mettre à la disposition du déclarant différents moyens pour effectuer sa demande d’inscription : courrier simple, formulaire à remplir, appel téléphonique, numéro d’appel spécial, courrier électronique... En revanche une déclaration faite par un tiers doit obligatoirement se faire par écrit (courrier ou courriel).
Le maire doit accuser réception de la demande d’inscription dans un délai de huit jours, et cela a valeur de confirmation pour l’inscription. La radiation du registre peut se faire à tout moment sur simple demande.

Les informations à recueillir dans le registre nominatif sont : la date d’inscription au registre, les informations civiles du demandant (nom, prénom, date de naissance, adresse, téléphone, coordonnées de la personne à contacter en cas d’urgence) et la qualité de la personne au titre de laquelle elle est inscrite. Aucune pièce justificative n’est à produire mais elle doit être tenue à disposition du maire, le cas échéant.

Le maire ne peut pas solliciter des organismes tiers (comme la Sécurité Sociale) afin d’obtenir les coordonnées des personnes âgées ou handicapées résidant dans sa commune. Il ne peut en aucun cas utiliser les informations de ce registre pour une autre finalité d’intérêt public c’est-à-dire hors champ «dispositif canicule» sans une déclaration préalable auprès de la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés).

 
Les différentes classes à risque
   
Les personnes âgées et handicapées :
ce sont les plus fragiles.


Dès que les fortes chaleurs arrivent, elles doivent donner régulièrement de leurs nouvelles à leur entourage. Si cela est nécessaire, elles feront appel à leur famille pour les soutenir pendant cette période dans leur vie quotidienne (faire des courses, se déplacer en ville...). Par ailleurs, au niveau national, ont été mis en place des dispositifs Plan Vermeil et Plan Bleu pour les aider, qu’elles vivent à leur domicile ou dans des établissements spécialisés. Elles pourront s’inscrire elles-mêmes ou par un tiers sur les registres de la mairie pour bénéficier des aides octroyées lors des fortes chaleurs.


Les sportifs

Même pour un sportif entraîné, les périodes de fortes chaleurs doivent inciter à davantage de précautions. Il faudra donc éviter de participer à une compétition et n’entreprendre son sport qu’en pleine possession de ses moyens. Il faut pratiquer son activité physique à l’ombre et en milieu aéré, et éviter absolument les heures les plus chaudes de la journée (11h-21h). Le port d’un chapeau à bord large est indispensable pour protéger aussi le cou. Il est important de s’asperger d’eau, le visage et la nuque régulièrement. Les vêtements seront amples et clairs. Enfin, il faut contrôler son hydratation en buvant avant, pendant et après l’effort, à raison d’un verre toutes les dix minutes. Pendant l’effort, on préférera les solutions à base de glucose et sodium plutôt que de l’eau pure. En cas de maux de tête, de troubles de la vue ou de sensations anormales (équilibre, jugement...), le sportif devra arrêter l’exercice physique, rester à l’ombre dans un endroit aéré et s’asperger d’eau.


Les travailleurs

Certains employés, de part leur métier, sont confrontés à une forte chaleur dégagée par les machines, les produits ou les procédés de travail, comme c’est le cas dans les fonderies, les boulangeries, les pressings, le travail en bâtiment ou l’agroalimentaire. Ces travailleurs s’exposent donc tout particulièrement aux complications de la chaleur. Ainsi, autant l’employeur que le salarié doivent mettre en place des mesures préventives, simples et efficaces pour préserver la santé et limiter les risques d’accident. On essayera d’organiser le travail en équipe afin que les travailleurs soient vigilants les uns les autres. cf site travail et chaleur d’été


Les enfants et nourrissons

Leur organisme étant beaucoup plus fragile, la chaleur les expose au risque de coup de chaleur et de déshydratation rapide, d’autant plus qu’ils ne sont pas en mesure de recevoir les apports adaptés sans aide extérieure.
Il faut donc être vigilant à certains signes chez les enfants qui annoncent un coup de chaleur : la fièvre, une pâleur, une somnolence ou une agitation inhabituelle, une soif intense avec une perte de poids. Il faut alors rafraîchir l’enfant, lui donner à boire immédiatement et régulièrement et faire baisser la fièvre. Si malgré tout la fièvre persiste ou augmente jusqu’à 40°C, ou que l’on est témoin de trouble de la conscience, d’un refus ou d’une impossibilité de boire, d’une coloration anormale de la peau, il faut d’urgence consulter ou appeler le 15 (SAMU).
Si votre enfant a la diarrhée, cela augmente les risques de déshydratation. En effet, lors des fortes chaleurs, la perte d’eau et de sels minéraux par les selles et par la transpiration accélère le processus de déshydratation. Il faut alors réhydrater l’enfant sans restriction en lui faisant boire toutes sortes de boissons. Si l’enfant vomit et qu’il a perdu plus de dix pour cent de son poids, la réhydratation naturelle est beaucoup plus difficile. On préférera donc l’amener à l’hôpital où il sera réhydraté sous perfusion.
Enfin, la pollution associée à une forte chaleur peut aussi être une source de complications chez les enfants. Les parents n’hésiteront pas à consulter un médecin en cas d’apparition de toux, rhinite, gêne respiratoire ou irritation de la gorge ou des yeux.
 
Dimanche 24 Juillet 2016
 Ajouter au favoris

 
 
Le rôle des mairies
   
D’après la loi, il incombe à chaque mairie de disposer d’un registre nominatif où seront recensées, si elles en font la demande, les personnes âgées ou handicapées vivant à domicile. Ces personnes pourront ainsi bénéficier de l’intervention ciblée des services sanitaires et sociaux auprès d’elles, en cas de déclenchement du «plan d’alerte canicule» par le préfet.
 
INFORMATION


COMMENT M'INSCRIRE SUR LE REGISTRE NOMINATIF ?


Pour connaitre les modalités d'inscription et les démarches à suivre, veuillez-vous rendre sur la page de votre ville.

 
Qui contacter en cas d’urgence?
 
En cas de besoin, il est utile de connaître les numéros à appeler en urgence. Il faut donc les noter et les laisser toujours au même endroit, (par exemple, à côté du téléphone).

La première personne à joindre en cas de malaise est le médecin traitant. Si celui-ci n’est pas là, on appellera le SAMU, en composant le 15. Le SAMU, selon la gravité du cas, donnera des conseils et orientera, si besoin est, vers un médecin de garde. Celui-ci décidera ou non l’hospitalisation et organisera la prise en charge vers l’hôpital.
  Enfin, votre pharmacien est aussi tout à fait en mesure de vous aider car il connaît non seulement les symptômes des pathologies liés à la canicule, mais aussi les services d’entraide et de secours. N’hésitez pas à lui demander conseil.

Par ailleurs, le Plan Blanc, au niveau national, prévoit au moment de la canicule, un renforcement des effectifs et des moyens dans les hôpitaux, permettant une grande réactivité et une parfaite coordination entre la population et les structures de soins.
 
Les bons réflexes
   
Dès l’apparition des fortes chaleurs, il convient d’observer certaines règles afin que l’organisme puisse s’adapter à ce brusque changement climatique et à l’augmentation de température inhabituelle.
 
LIENS UTILES
Sante.Gouv.fr - Info Trafic - Meteo France
 
Modifier son mode de vie
   
On évitera au maximum de sortir aux heures les plus chaudes (environ entre 11h et 21h). S’il est indispensable de sortir à ces moments, on veillera à se protéger la tête avec une casquette et à rester au maximum à l’ombre. Avec les petits enfants, on équipera la poussette ou le landau d’une ombrelle.
Pendant ces heures chaudes, il ne faut pas faire d’efforts physiques intenses (sport, jardinage, bricolage...), ni bien sûr rester en plein soleil.
D’une manière générale, mais encore plus au moment des grandes chaleurs, on ne laissera pas un enfant ou une personne fragile sans surveillance dans une voiture ou dans une pièce non ventilée, même pour une courte période.

Il faut boire régulièrement sans attendre d’avoir soif. On préférera l’eau ou les liquides tels que les jus de fruits ou les sirops légers. On évitera toutefois les sodas qui sont trop sucrés et l’alcool. Sauf contre-indication médicale, boire un litre et demi d’eau par jour est une mesure satisfaisante pour garder une bonne hydratation corporelle, surtout pour les personnes âgées. On fera boire les petits enfants en leur donnant régulièrement (toutes les demi-heures) de petites quantités de liquide.
En cas de difficultés à boire, on peut consommer des fruits à forte teneur en eau (pastèque, melon, prune, agrumes) et des crudités (tomate, concombre, sauf en cas de diarrhées), voire de l’eau gélifiée. Et dans tous les cas, il faut accompagner la prise de liquide à une alimentation équilibrée pour recharger l’organisme en sels minéraux.

En période de canicule, pour permettre de mieux supporter la chaleur, il est fortement conseillé, en particulier pour les personnes âgées, de passer au moins deux à trois heures par jour dans un endroit frais et ombragé (jardin, parc...) ou climatisé (bibliothèque, centre com mercial, cinéma...).
La liste de ces endroits publics climatisés ainsi que l’itinéraire pour s’y rendre est disponible auprès de votre mairie. Faire la sieste dans un endroit aéré et ombragé est aussi un bon moyen pour reposer son organisme.
Enfin, il est recommandé de mouiller sa peau régulièrement par des douches ou baignades, pour compenser la perte d’humidité due à la transpiration.
On peut rafraîchir les jeunes enfants par des bains (pour les nouveau-nés, la température du bain doit être au maximum deux degrés inférieure à la température cutanée). Mais il faut faire attention aux courants d’air ou à une ventilation directe sur l’enfant, car il risquerait de prendre froid.
Pour les personnes âgées qui ont tendance à transpirer très peu (contrairement aux adultes et enfants), il faut humidifier plusieurs fois par jour la peau. Pour cela, on utilisera un linge humide ou brumisateur pour mouiller le visage, le cou, les jambes ou les avant-bras ou prendre des douches ou des bains, puis on facilitera l’évaporation par une légère ventilation.

La prise de médicaments doit aussi appeler à la vigilance. En effet, certains d’entre eux favorisent la déshydratation. Il faut, de préférence avant l’été, consulter son médecin traitant lors de traitements prolongés en vue de les adapter aux grandes chaleurs.
 
L'information aux habitants
   
Le maire a l’obligation d’informer les habitants de sa commune, avant le début des premières chaleurs, de l’existence du registre nominatif de recensement et de sa finalité.
Il emploiera donc tous les supports d’information dont il dispose dans ce but : affichage municipal, journal municipal, presse quotidienne régionale, mais aussi tous les réseaux et services d’aide en contact avec les populations concernées comme les services sociaux, les centres communaux d’action sociale, les CLIC (centre local d’information et de coordination), les mutuelles, médecins, pharmaciens et même services publics (comme la Poste, par exemple).
 
Solidarité
   
La solidarité est primordiale en cas de fortes chaleurs.
En effet, l’isolement des personnes âgées ou handicapées est un facteur aggravant en période de canicule.
C’est pourquoi il faudra penser à aider les personnes dépendantes en prenant régulièrement de leurs nouvelles, et cela même en l’absence d’une demande de leur part. On pourra éventuellement organiser ce soutien en lien avec des services d’aide ainsi qu’avec la mairie.
 
Habitat : Mesures à appliquer
   
Il est fortement conseillé, à l’approche de l’été d’équiper son habitation de volets, de stores ou de rideaux, afin de limiter les conséquences des fortes chaleurs. Pendant les heures les plus chaudes (tant que la température extérieure est supérieure à la température intérieure), il faut maintenir fermés les volets ou rideaux pour garder la fraîcheur dans la maison. Puis aux moments de la journée où la température extérieure est plus fraîche, tôt le matin ou tard le soir et pendant la nuit, il est bon d’ouvrir les fenêtres et de provoquer des courants d’air pour refroidir la maison. Si son habitat est mal adapté à la chaleur (étage élevé, mansarde, absence de volets), il est utile d’essayer de se faire héberger chez un parent ou une personne de son entourage.

L’utilisation d’appareils de ventilation ou de climatiseurs permet également d’abaisser la température ambiante de manière efficace. On veillera toutefois, quand il fera très chaud, à régler la climatisation à une température légèrement inférieure à la température extérieure. Il est recommandé de vérifier le bon fonctionnement de son réfrigérateur avant le début des grandes chaleurs.
Enfin, il est conseillé d’éteindre ou de réduire l’utilisation des lumières électriques, ainsi que tout appareil produisant une chaleur non indispensable (halogène, ordinateur, imprimante...).

Pour les personnes âgées ou handicapées vivant seules, ces règles sont d’autant plus importantes à appliquer afin d’éviter les risques dus à la chaleur. Ces personnes devront également garder un contact régulier avec leur entourage, famille ou amis.
 
Adapter son habillement à la chaleur
   
Il faut prendre soin de choisir des vêtements permettant de limiter l’augmentation de la chaleur corporelle. On utilisera des vêtements amples, de couleur claire et de préférence en coton. On pensera également à se protéger la tête (casquette, chapeau...) quand on sortira aux heures de grande chaleur.

Pour les plus petits, il faut éviter de les habiller avec des vêtements trop serrés (body...) et préférer les tee-shirts et bermudas, plus aérés. En intérieur, on pourra les laisser simplement en couche.

Par ailleurs, la déshydratation étant le danger le plus grand pour le jeune enfant, on peut isoler son matelas en plastique avec une serviette afin d’éviter qu’il ne transpire trop. Dans la voiture, il faut également installer une housse en coton éponge sur le siège-auto et équiper les vitres de pare-soleil.
 
Conseil et mise en garde
   
Il faut être vigilant dès l’apparition de certains symptômes physiques, afin d’éviter les conséquences néfastes des fortes chaleurs.
 
Manifestation des premiers symptômes
   
Les crampes.

Lors d’un effort physique intense, des crampes situées aux mains, aux pieds ou au mollet peuvent apparaître. Il faut alors cesser toute activité physique, se mettre à l’ombre et s’hydrater en buvant des jus de fruits légers ou une boisson énergétique et s’asperger d’eau. Si les crampes persistent, il est fortement conseillé de consulter un médecin ou appeler le SAMU.


L’insolation.

Elle est liée à l’effet direct du soleil sur la tête. C’est pourquoi il ne faut pas s’exposer trop longtemps au soleil entre 11h et 21h. L’insolation survient aussi bien au repos qu’en action. Elle se caractérise par des maux de tête, vertiges, nausées, sueurs froides et aussi par un état de somnolence sans qu’il y ait forcément de la fièvre. Ce sont les enfants qui y sont les plus sensibles. Les premiers gestes à effectuer en cas d’insolation sont des manœuvres de refroidissement en aspergeant d’eau et en éventant, ou bien en donnant une douche.
En cas de trouble de la conscience, et chez le jeune enfant, il faut appeler un médecin ou le SAMU.


Le coup de chaleur
Celui-ci apparaît lorsque la température du corps augmente vite et atteint voire dépasse 40°C. Il survient essentiellement chez les personnes âgées, les personnes travaillant dans des conditions physiques difficiles et chez les sportifs. Le coup de chaleur se traduit par une sécheresse de la peau, des maux de tête violents, et des nausées et vomissements, voire des convulsions. Une assistance médicale est indispensable au plus vite. En attendant les secours, il faut placer le sujet à l’ombre et le refroidir en l’aspergeant d’eau et en l’éventant légèrement. Il faut savoir que l’aspirine est contre-indiquée en cas de coup de chaleur.


L’épuisement

Il peut aussi survenir un «épuisement», après plusieurs jours de chaleur, surtout chez les personnes âgées. Elles ressentent alors une faiblesse ou une fatigue, des étourdissements, une insomnie ou une agitation nocturne. Il faut alors se reposer au frais et se réhydrater en buvant de l’eau ou des jus de fruits. Si les symptômes persistent ou s’aggravent, il faut absolument appeler un médecin ou le SAMU.

Des précautions particulières sont à prendre à l’égard des sujets les plus sensibles. En effet, certaines classes de la population sont plus exposées que d’autres aux dangers de la chaleur.